jeudi 15 décembre 2016

Atelier sur le partenariat entre associations et collectivités locales

Les 5 et 6 novembre 2016 à Rabat, dans le cadre du Projet Démocratie Participative, s’est déroulé l’atelier « Le partenariat entre associations et collectivités locales de France et du Maroc : expériences, finalités et perspectives ». Environ 25 personnes y ont assisté. Il a réuni 3 associations françaises, 6 communes marocaines, 13 associations marocaines et 2 représentants des collectivités Françaises.


Lors de ces deux journées, 3 ateliers et 2 tables rondes ont eu lieu. Le programme était dense, deux jours étaient certainement  trop peu pour pouvoir traiter toutes les questions soulevées. Après une introduction où les notions de partenariat et le cadre de la coopération décentralisée ont été remis dans leur contexte, des ateliers de groupes ont permis d’analyser les contraintes et les atouts pour une coopération réussie ainsi que les clés de réussite pour un partenariat et la valeur ajoutée de la coopération décentralisée.
L’après midi a été dédiée à la première table ronde sur le thème « Des partenariats réalisés ou à l'état de projet mobilisant des acteurs associatifs et des élus ». Les associations françaises y ont présenté leurs expériences en matière de coopération décentralisée. Un débat très riche d’enseignement a ensuite été organisé puis des ateliers en petits groupes ont eu lieu afin d’analyser les points faibles et point forts de ces expériences, les conditions et les facteurs de réussites de ces partenariats ainsi que les contraintes et les moyens de les lever.


La journée du dimanche a commencé par une présentation de l'expérience en coopération décentralisée, du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis. Suite à un débat sur cette expérience, les ateliers de groupe ont débuté. Ils ont eu lieu par pôle et ont permis de mettre autour d’une même table les différents acteurs de la coopération décentralisée (communes marocaines, collectivités françaises et associations membres d’IDD France et d’IDD Maroc). Des axes pour une future coopération ont été dégagés et chacun a pu exprimer ses besoins mais aussi ses possibilités. Ces ateliers ont permis de préciser les relations entre les différents acteurs et de poser les bases de futurs partenariats.
Suite à cela, la parole a été laissée aux représentants des communes marocaines afin de lancer un débat sur société civile/commune pour créer un climat de confiance puis un  autre débat sur comment créer les conditions de travail entre collectivités et associations pour créer un développement démocratique dans les régions. Enfin, les participants se sont réunis afin de formuler des recommandations suite aux ateliers.


Ces ateliers ont permis de mettre autour d’une même table les différents acteurs de la coopération décentralisée et ainsi les pousser à une réflexion commune afin de mettre en œuvre des projets. Ces deux journées auront un impact très positif sur les relations entre les associations et les communes, mais aussi sur celles entre les communes des deux rives en leur ayant permis de se rencontrer et ainsi de pouvoir échanger de manière constructive sur les nécessités et objectifs de chaque acteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire